Classiques et cie

Délicieuses pourritures de Joyce Carol Oates

Ce roman très court à l’efficacité redoutable nous oblige à faire face à notre animalité se transformant peu à peu en une bestialité qui en plus d’être inhumaine n’est pas animalement possible tant la noirceur et la cruauté des actes sont effroyable. couv73629437.gif

Joyce Carol Oates pose un regard acéré sur un certain féminisme qui voudrait réduire le genre féminin aux caractéristiques de son corps la réduisant à sa matrice, sorte d’usine à vie. Les descriptions des sculptures sont des passages d’anthologies parfaitement maîtrisées où l’horreur se glisse à pas feutré dans la phrase, s’immisce dans les lettres et jouissant du sentiment de malaise qu’il nous procure.

Elle s’amuse, également, à démonter pierre par pierre toute une pensée « poétique » qui voudrait que le poète ne soit complet et accomplie que dès lors qu’il utilise comme un filtre, comme une mimésis, tous les sentiments les plus malsains qui existent pour écrire. Elle tord jusqu’à l’absurde ce professeur d’université qui règne sans partage sur ces étudiantes soumises à son charisme. Le rapport primitif ordonnant tout le règne animal du dominant-dominé étant ainsi étalé violemment, grossi au microscope, décortiqué jusqu’à la lie.

Elle nous interroge, de son écriture terrible, qui nous fige dans ses phares, sur notre rapport à la monstruosité qui est en chacun de nous noyé par des millénaires de civilisation et de culture mais qui pourtant peut ressortir à chaque instant.

Il existe des lectures qui ne peuvent nous sortir de la tête. Beats en fait partie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s