Bit-Lit

Sidhe, t.1: la diseuse d’ombres de S. Williams

La Bit-Lit est moi sommes victimes d’un amour agité et contradictoire. J’éprouve beaucoup de mal à trouver des séries me correspondant et alliant mes critères exigeant (de conasse) et mon envie de lecture simple comme un bon film américain divertissant. Je pensais trouver tout ceci dans Sidhe mais je ressors de ma lecture assez déçu. couv53365619

Au niveau de la traduction, c’est pas folichon. Le nombre de phrases bancales dû à une traduction littérale et du nombre de répétitions me font regretter ma flemme de ne pas l’avoir lu en anglais. J’ai gâché une partie de mon plaisir de lecture a râler contre chaque faute de langue. 

L’héroïne est cruche mais tellement cruche que sa cruche est percée en de multiples endroits laissant s’écouler librement sa bêtise et le peu de bon sens qui peut lui rester, parfois. J’ai, donc, suivi les aventures d’une étudiante de vingt ans avec quinze ans d’âge mentale ne pouvant pas choisir entre deux hommes.

Ahh le triangle amoureux! Autant, dans beaucoup de séries, il est assez finement articulé; autant là, le choix est vite fait. Dès les premières cinquante pages, à vrai dire. Après, il devient très vite pénible.

La répartie de McKenzie se veut être drôle, témoignant d’une force de caractère et d’une indépendance jubilatoire, mais cela tombe à plat. J’ai passé mon temps à lui dire tagueule   chut.

Je vais terminer en vous parlant de l’histoire qui m’a plu et ferait un très bon scénario de série télé. McKenzie est une diseuse d’ombres, c’est-à-dire qu’elle indique aux fées où partent les rebelles quand ils se téléportent. En effet, la guerre fait rage chez les sidhes et notre humaine est prise entre les deux camps, entre deux amours, entre deux choix (dit comme ça, ça sonne bien). Bon, en gros, c’est l’histoire d’une nana pas très fûtée qui sait pas choisir ses mecs et qui comprend rien à la politique mais qui veut quand même s’en mêler même si non mais en fait si.

En conclusion, je suis déçu (vous l’aurez compris). Bien que l’écriture soit dynamique, sans aucun temps mort dans l’action, la sauce ne prend pas vraiment. La faute à un univers pas assez développé et des personnages beaucoup trop fades.

Publicités

2 commentaires sur “Sidhe, t.1: la diseuse d’ombres de S. Williams

  1. Quand l’héroïne est une tête à claque, y’a rien à faire ^^’ Pareil que toi, j’ai du mal avec ce genre. Parfois ça passe (dans le genre pas prise de tête), mais ça coince plus souvent en fait. Et après on dit que la formule en fantasy est toujours la même… *_*

    1. La Bit Lit est tellement calibré qu’à moins de tomber sur un auteur vraiment doué, on se perds vite dans les clichés.
      D’ailleurs, ça serait bien si ce sous-genre se renouvelait un peu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s