littérature contemporaine

La vérité sur l’affaire Harry Québert de Dicker

La vérité sur l’affaire Harry Québert est un pavé sur l’écriture; ce n’est pas tant l’enquête policière qui a le premier rôle mais bien la création d’un roman. Construit comme si le narrateur écrivait le récit en même temps que le lecteur le découvre, ce roman est une réussite de ce point de vue là. De plus, de rebondissements en coups de théâtre, il se dévore à grande vitesse; si vous arrivez à dépasser les cent premières pages qui s’étirent en longueur. Cependant, le narrateur (Marcus Goldman, héros de cette histoire) est un poil long à la détente donc ceci explique cela. couv41112953

L’intrigue assez simple est complexifiée par le procédé éprouvé, approuvé, validé (et tout ce que vous voulez) de l’analepse. Pour moi, un des intérêts majeurs de ce roman est cette manière de faire progresser l’enquête. La deuxième étant les répliques de la maman juive du narrateur. Ce qui pourrait passer pour des longueurs et des répétitions sont plutôt des ronds dans l’eau illustrant une enquête tournant en rond et repartant de plus belle quand un nouvel élément s’ajoute à la pile.

Par contre, l’histoire d’amour est très mais alors très  niaise. Et les lettres censées être des extraits du chef d’oeuvre écrit par Harry Québert sont dignes d’un Harlequin. Nous sommes loin de Belle du Seigneur.

Cela m’amène au style: simple, concis. Les dialogues souffrent parfois d’une petite faiblesse passagère mais sans jamais être laborieux. En effet, la vertu de ce policier est de se lire rapidement grâce à un style fluide et accessible.

Les personnages caricaturaux à souhait, pour la plupart, évoluent dans un théâtre de marionnettes qu’est la ville d’Aurora avec tous les lieux obligés (caricaturaux aussi): le café américain, la plage (de l’amour), la forêt (pour le côté mystérieux), la maison de l’écrivain, le motel, la route. Paradoxalement, cet empilement de clichés donnent une tonalité théâtrale très agréable.

En résumé, si vous avez envie de passer un excellent moment avec un meurtre bien tordu, bien glauque, vous tenez le bon bouquin.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s