Classiques et cie

La vallée des rubis de Kessel

La vallée des rubis est un livre voyageur aimant être lu immobile ou errant sur les routes de l’Ailleurs avec son lecteur. Dès la première page, irrésistiblement, il nous emporte à Mogok, en plein coeur de la jungle birmane. Le narrateur, jamais nommé, double peut être d’un Kessel idéalisé, narre son voyage au pays des rubis en passant par l’Inde ( La Lorraine, c’est tout de suite moins sexy). la-vallee-des-rubis_couv

Le drame et la perfection littéraire se cotoient dans les descriptions de la terre du Ramayanah. Drame de la retranscription parfaite de la misère indienne actuelle malgré une écriture qui a un demi siècle et perfection poétique pour avoir su mettre en mot une universalité de la pauvreté affranchi des codes spatio-temporels.

Les légendes parsemant ce roman comme des pierres précieuses sur un plastron déjà parfaitement ciselé achève avec éclat cette peinture du fantasme de l’Asie; terre des chasses aux trésors les plus merveilleuses depuis le Moyen-Age.

L’écriture de Kessel vibre de couleurs, d’odeurs et d’ardeur. Les phrases s’enroulent à la manière d’une flûte charmant le serpent qui en perds sa langue face à cette oeuvre où les aspérités ne sont que des prétextes pour révéler sa perfection littéraire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s