littérature étrangère·littérature contemporaine

De l’eau pour les éléphants de Sara Gruen

Je dois être dans une période éléphantesque, après Grand-Père avait un éléphant, j’ai dévoré dans le métro ce roman sur les conditions de vie dans les cirques de la période des années 1930 aux Etats Unis alors que la crise (la vraie!) frappe les américains de plein fouet.  de_l_eau_pour_les_elephants_sara_gruen_couverture

Ce livre n’est pas un livre, c’est un excellent scénario pour film à gros budget produit par Hollywood. Les bons sentiments dégoulinent, les méchants finissent par payer et les pauvres animaux sont libérés. Concernant l’histoire d’amour, je ne voudrais pas vous décourager mais elle est; comment dire; d’une platitude tellement plate que même une crêpe (oui c’était la chandeleur ce week end) semble cubique à côté de cette relation dites « passionnée ».

Tout ce petit monde gentillet et manichéen m’a pourtant tenu jusqu’à la dernière page. Bon, j’étais bloquée dans le rer je n’avais que ça à lire mais un certains charme se dégage de ce livre. J’ai eu envie de connaître la fin et j’ai eu, aussi, toujours l’espoir que le livre décolle enfin. Tout est traité avec superficialité; tous les thèmes sont survolés alors qu’ils auraient pu être plus travaillés. Le livre semble inabouti malgré un style fluide (même si il ne restera pas dans les annales de la création littéraire); la narration rythmée enchaîne sur une action parfois poussive mais l’ensemble est cohérent et fait passer un bon moment.

Cependant, la plus grande réussite de ce roman, pour moi, est l’exploitation du thème du vieillard qui raconte ses souvenirs. Ici, il conte mais il fait, surtout, une critique décapante de la vie dans une maison de retraite. Et c’est peut être ce que j’ai le plus apprécié dans ce roman.

Ma dernière critique est pour le personnage de l’éléphante: Rosie. Elle devrait être au centre du roman comme l’annonce la 4e de couverture et toutes les critiques mais j’ai rarement vu plus effacé comme personnage secondaire.

Je suis déçue.

Publicités

4 commentaires sur “De l’eau pour les éléphants de Sara Gruen

  1. Je suis pas d’accord du tout avec toi! Au contraire, je le trouve loin d’un scénario de base. La romance entre les personnages est très effacées, ce qui est toujours – trop – présent dans les films et constitue souvent un moyen de vendre – à mon goût.
    Je trouve au contraire que c’est un livre touchant, raconté sans nianian, l’auteur n’a pas fait dans le superflue, elle a juste relaté une histoire sans chercher à faire dans la démesure.
    Le  » monde  » qu’elle décrit est vraiment bien développé, les thèmes comme tu dis sont au contraire bien abordés et pour moi très bien travaillé; comme la mort et le deuil qui sont également très présent. L’amour de quelque façon qu’il soit est également bien là. C’est un des livres qui m’a le plus touchée parce que, on se sent proche des personnages qui semblent réel et pas complètement idéalisés et factice.
    Je te trouve vraiment vraiment dure avec ce livre, il est très réaliste et vaut largement plus que la plupart de certains qui circulent depuis quelques années sur les étalages!

    1. C’est intéressant que tu ais un avis complètement contraire au mien 🙂
      Je n’ai pas été touché par cette histoire parce que je trouve que rien n’est abordé en finesse. Elle aborde des sujets graves mais rien n’est approfondis. Quand je parle de scénario, je parle de l’écriture qui est passable mais sans plus(mais aussi de développement du récit). C’est certains qu’il vaut mieux lire ce livre plutôt que d’autres plus bas de gamme mais je ne cherche pas le réalisme dans un livre; je ne cherche pas non plus forcément à être touché par le personnage et surtout pas à m’identifier à lui. Je suis une partisane d’être spectatrice de l’histoire. J’aime les regarder évoluer de haut.
      Je suis dure peut être parce que je cherche la littérature et je ne l’ai pas trouvé dans ce livre. =D

      1. Hm.. Je comprend ce que tu veux dire. Je trouve quand même que pour l’écriture qu’elle se défend.
        Ouai fin, tu veux une histoire où tu peux voir vivre des choses sous tes yeux quoi?

      2. Non, c’est juste que je ne cherche pas à me mettre à la place du personnage, tu vois? Je ne cherche pas forcément non plus l’action dans un livre. Je cherche des livres qui me nourrissent et qui me donnent une grande claque intellectuelle (je trouve pas d’autre expression et je la trouve un peu snob celle-ci dsl) à la fin.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s