Classiques et cie

La reine Margot de Dumas

Le style de Dumas se déguste, se hume, se savoure. Il ne faudrait pas tomber dans le piège de la lecture à grande vitesse qui gâcherait tout le plaisir littéraire de cette plume unique. 06-507669

Ecrit au XIXe siècle, la Reine Margot comme tant d’autres chefs d’oeuvre paraît d’abord en feuilleton dans les journaux. Cette façon de faire si caractéristique donne une patte indélébile et assez géniale à ce roman. En effet, les chapitres courts se terminant toujours sur un coup de théâtre happe le lecteur et le laisse sur une faim dévorante. Le procédé est le même pour nos séries actuelles à la télévision…

Dumas a su tirer parti de cette contrainte en créant un roman-théâtre. Il n’est pas rare de pouvoir comparer un chapitre à une scène. Ce sentiment est renforcé par l’utilisation récurrente de lieux dans ce récit: la chambre de Margot, les appartements de Catherine de Medicis, la forêt, les rues de Paris. Dumas brosse des petits portraits qui liés ensemble forment un roman flamboyant, tragique, burlesque, dramatique et extrême. Il a intégré tous les éléments de la Préface de Cromwell et en joue avec brio et sobriété. Certains passages m’ont fait penser à Hernani dans la manière de jouer avec les cachettes et les recoins des lieux afin de créer des intrigues ou des quiproquos (pièce de théâtre que je vous conseille très fortement).

Je terminerais cette chronique en évoquant le sujet du roman qui n’est pas tant cette histoire de France que de dépeindre une société tout en la patinant de ce désir romantique de la rendre exubérante et parfois onirique voir obscure avec l’utilisation de la sorcellerie et la transformation de la reine Catherine de Medicis en une sorte de sorcière machiavélique.

Tout est romancé certes; mais n’est-ce-pas la garantie que cette Histoire est tellement intéressante qu’elle pourrait prétendre au statut de l’archétype, du mythe;celui de la royauté, de la Cour et de tous ses complots. Il ne faut pas oublier que Dumas était un conteur qui voulait faire rêver afin que ses lecteurs achètent le journal jusqu’à connaître le fin mot de l’histoire. Alors passons sur toutes ces vérités historiques négligées et ses extravagances romanesques qui ne sont pas le propos de ce roman.

J’ai rêvé en lisant ce livre. N’est-ce-pas suffisant?

Publicités

Un commentaire sur “La reine Margot de Dumas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s