Bit-Lit

Morsure de Kelley Armstrong

Morsure est un premier roman mais aussi le premier tome d’une grande saga (Femme de l’autre monde); c’est pourquoi il est bourré de qualités mais contient aussi quelques défauts. 26122229_5682547

J’ai adoré cette histoire de loup-garous qui change de la mode des gentils vampires (gouzi gouzi), des tueuses de démons (Jenna black va-t-en de cette chronique), des feys totalement déchaînées ( Merry, calme toi) ou bien des zombis (et là je n’ai pas d’exemple, il va falloir que je comble cette lacune impardonnable). Bref, nous faisons la connaissance d’Elena, la seule louve-garou du monde (rien que ça!). C’est un personnage torturé qui a vécu une enfance trouble ce qui ne l’a pas vraiment incitée à adopter un mental sain et équilibré. Mais je me suis attachée à cette héroïne très touchante malgré qu’elle se répète assez souvent. Car Elena a un problème… Elle ne sait pas qui choisir entre Clay le loup garou survolté qui est décrit comme étant aussi beau qu’Apollon et Philipp, le gentil humain doux et attentionné qui affiche une quarantaine paisible.
 Arrêtons nous deux minutes sur ce choix cornélien… Il révèle la grande faiblesse du roman. Mais qu’est ce que ce choix ridicule? Pourquoi hésiter? Entre un gars beau comme un dieu avec des pouvoirs surnaturels et un homme de 40 ANS! avec le seul pouvoir de constamment lui envoyer des fleurs(peut être a-t-il des actions chez Interflora), Elena trouve le moyen d’hésiter!

(je m’égare quelque peu, je crois. Reprenons)

J’ai apprécié de pouvoir découvrir la façon dont Keil Armstrong s’est appropriée l’univers des lycanthropes en développant tout une description sociale de la Meute qui nous permet de nous immerger dans cet univers de gros chiens et m’a incité à faire quelques recherches concernant ce mythe qui était déjà très présent au Moyen Age.

Par ailleurs, la trame narrative est fluide. Il n’y a quasiment pas de temps morts. L’intrigue simple et efficace nous fait passer un excellent moment de lecture et augure une saga riche en rebondissements, en actions, et en humour!

Conclusion: Malgré quelques passages longuets, des points de passage obligés (coucher sous les étoiles avec son amant youhouh!) et des états d’âme un poil agaçant, j’ai adoré cette lecture qui m’a vidée la tête!

challenge littérature de l’imaginaire: 22/48

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s